Partenaires
Login

« Les meilleurs créateurs d’idées sont des amateurs »

20.04.2013 - Christian Hirsig (32 ans) est CEO et co-fondateur d’Atizo (www.atizo.com), un « Gold Partner » des Swiss Olympians. L’entreprise a vu le jour en 2008 et emploie aujourd’hui 16 collaborateurs. Dans cette interview, Christian Hirsig explique pourquoi les meilleures idées proviennent de personnes lambda et pourquoi aujourd’hui, il joue à la pétanque plutôt que de combattre.

Atizo est un « Gold Partner » des Swiss Olympians, pour quelle raison ?
Christian Hirsig : Atizo est convaincue que seules les performances exceptionnelles permettent à notre monde d’évoluer. Ces performances sont réalisables partout à tout moment et ne sont nullement forcées d’être en rapport avec le sport. A nos yeux, le sport est toutefois une vitrine particulièrement appropriée pour assurer la visibilité des performances de haut niveau. Nos sportifs olympiques d’hier et de demain nous ont montré, et nous montreront espérons-le encore souvent, que la réalisation de performances de haut niveau a une importance toute particulière pour notre évolution. »

Vous décrivez Atizo comme une plate-forme d’innovation. En quoi est-ce que cela consiste ?
Christian : Nous utilisons le concept du « crowdsourcing », c’est-à-dire la résolution conjointe d’un problème par de nombreuses personnes qui travaillent pendant leur temps libre. Les entreprises nous confient de nouvelles idées de produits à développer par la communauté Internet ou la résolution de problèmes concrets. L’entreprise sélectionne et récompense les meilleures idées. Entre-temps, Atizo peut compter sur plus de 17 000 créatifs qui trouvent et évaluent des idées.                

Pourquoi une entreprise confierait-elle le développement d’idées à Atizo plutôt qu’à des professionnels ?
Christian :
Nous pensons qu’en matière d’idées, il n'y a pas de professionnels. Les meilleurs créateurs d’idées sont des amateurs qui assument les tâches les plus diverses au quotidien et considèrent la création d’idées comme un hobby. C’est la seule façon de laisser la sagesse populaire s’exprimer. Le vote du public [« Qui veut gagner des millions ? »] est la meilleure preuve que le public peut être plus fort que les experts à la maison. 

Pouvez-vous donner un exemple concret d’une entreprise pour laquelle Atizo a développé des idées convaincantes ?
Christian :
Les CFF se sont tournés vers Atizo afin de chercher des solutions internes pour réaliser des économies et ont trouvé 32 mesures qui permettront de réduire les coûts de 1,5 million de francs au cours des cinq prochaines années. Les Swiss Olympians sont bien sûr un autre exemple. Parmi les nombreuses idées, nous sommes impatients de voir celles qui pourront effectivement être mises en œuvre. 

D’où vient le nom « Atizo » ?
Christian :
Le nom « Atizo » a été le premier projet développé par des innovateurs de notre communauté sur notre plate-forme. « Atizo » est un terme espagnol qui provient de l’infinitif « atizar », ce qui signifie « attiser », « enflammer » en français. Attiser le feu ou attiser des idées par exemple. 

Avez-vous une idée de la façon dont nous pourrions à nouveau attiser la flamme olympique après le refus de la candidature olympique suisse par les Grisons ?
Christian :
J’aurais également souhaité que mon pays organise des Jeux Olympiques, mais soyons honnêtes, d’autres pays profiteront davantage des Jeux Olympiques que la Suisse. Et si une région vote contre les Jeux Olympiques en connaissance de cause, nous devrions nous réjouir que d’autres aient leur chance. La flamme olympique n’est pas morte, elle ne brûle simplement pas en Suisse et ce n’est pas grave. Ce serait bien plus grave si la flamme était morte. 

Personnellement, qu’est-ce qui vous lie au sport ?
Christian :
J’ai appris à skier et à jouer au tennis très jeune. Je pratique encore ces deux hobbies à l’heure actuelle. J’ai ensuite suivi des cours de judo jusqu’à la ceinture bleue. C’est dans un sport par équipe, l’unihockey, que j’ai investi le plus d’énergie et de plaisir. J’ai suivi plusieurs formations de moniteur J+S et j’ai été entraîneur et président. Je me suis également mis au golf et à la pétanque qui sont des spécialités sportives un peu plus calmes.




  retour